01/06/2008

Fleuve gange....!

.....un épérvier suivait notre bateau, entre les feux toujours renouvelés des bûchers et les piles de bois des crémations, dans le battement du fleuve couleur de chanvre comme la cité, une voix silencieuse citait en moi " voici les eaux sacrés du Gange qui sanctifient la bouche entrouverte des morts...." la grande priére de l'inde, que connut sans doute l'occident lorsque les premiéres volées de cloches eveillent le peuple fidéle dans sa merovingienne, montait de cette multitude que depuis tant d'années salauit le même fleuve et le même soleil par les chants et par les mêmes crémations qui brûlaient négligement ce que l'occident appelle la vie....
                     
                      De même qu'on rejette des vêtements usés,
                      De même, ce qui est vêtu d'un corps, rejette les corps usés...

00:03 Écrit par dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.