12/06/2008

La perfection artistique

Par un certain sens de l'étérnité ou de retour cyclique des choses qui fait passer le temps de l'horloge s'éfface il n'ya pas de notation temporelle des nouvelles dans certaines oeuvres, faut-il les considerer comme continuelles dans le temps ?
De toute maniére, les infleunces proprement littéraires si elles sont toujours difficles à définir, le sont d'ailleurs particuliérement et les critiques semblent ne pas être trés bavards sur ce sujet ou ce domaine. il faut admirer les pratiques dans les textes d'actions, l'objectivité béhaviouriste, le goût du detail réaliste la briévete du recit et le détérminisme naturalistes on pouvait continuer...on peut même aller jusqu'à affirmer la maniére particuliére si modérne en ce qu'elle tend souvent vers la vignette, voire vers l'oeuvre lyrique plutôt que le recit à suspense ou l'incident organisé, est le fruit de souvenirs trés anciens.
ce n'est pas là qu'on sombre pour autant dans l'heresie biographique et se demander à qui il faut conferer la palme ?
certains savent aussi bien que personne quelle dichotomie peut existe entre les auteurs et leur oeuvre, et que celle-ci n'est pas nécéssairement fonction de ceux-la, mais tout dépend justement des auteurs, il n'y a pas report autobiographique à proprement parler mais l'infleunce thématique de la pérsonnalité qui influe l'oeuvre.
Bien sûr, cela ne suffit pas, il faut encore que l'éxpérience individuelle d'un écrivain, miroir de l'éxpréssion générale soit concrétiseé, incarnée dans une structure, dans un texte qui touche, par un biais ou un autre à la perfection artistique.

12:59 Écrit par dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.