12/06/2008

Oeuvres et randonnées....!

De certaines oeuvres on dégage une idée telle que parmi les éxpériences du roman d'aujourd'hui, parfois déséchées et désséchantes, on dira voici une oeuvre nouvelle et qui porte plus que des promésses, une écriture et une vision du monde qui nous touchent et nous émeuvent non seulement parce qu'elles impliquent une meditation d'homme mais un tempérament de conteur dont il faut attendre beaucoup.
Quand un récit est d'une beauté envoûtante où la langue transmute la réalité pour imposer sa propre realité aux yeux du lecteur, les mots nous sédimentent progréssivement et notre paysage mental s'en trouve modifié, car on peut déceler dans l'oeuvre la farouche volonté de reconquéte de cette part de vie libre et joyeuse qui fait de la nôtre des temps immémoriaux, comme le disent les mythes et les contes dont le théme central se développe sur un fond sinistre et rencontre au long de son iténiraire le mythe, ainsi pour certains auteurs conscients, depuis leur premiérs téxtes, ils travaillent la longue mémoire du temps, ils savent que l'histoire n'est qu'apparence, nuls mieux qu'eux ne s'éxalte à éxplorer l'ombre portée des faits, tout en sachant réstaurer leur vertu, c'est que quand la syntaxe devient un sentier de grande randonnée, que le lecteur ne peut que se laisser faire, se laisser aller et accépter les émotions.

13:46 Écrit par dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.