23/06/2008

Mystique et nationalisme

Je ne veux pas à mon tour devenir mystique en niant l'importance de ce quoi je ne crois pas, comme si ma non-croyance pouvait faire disparaitre par un coup de baguette magique les mouvements de foule ,les états conféssionnels et les enthousiasmes guérriers, pas plus que l'atheisme en religion n'oblige à sous-estimer l'importance de la religion en tant que phénoméne social, politique, culturel, l'atheisme national ne doit sous-éstimer l'importance du nationalisme, reduire le nationalisme à une ideologie historiquement construite ne doit pas conduire à sous-éstimer son importance politique, l'écoulement des valeurs traditionnelles, l'éloignement des centres de decision, renforcent son importance, ceux dont le nationalisme est la seule propriéte, feront d'autant plus une realité politique de ce qu'on appelait ' l'homme ethnique'.
Disons et répétons que la nation n'ést pas une éssence, mais une construction historique et idéologique, il n'éxiste pas de 'nation naturelle' pas plus que de frontières naturelles , la conception éthnique de la nation ou de groupe a non seulement l'inconvenient de fermer les frontiéres vers l'éxterieur, ce qui est le propre de toute nation, mais aussi de les fermer, vers l'interieur, de réstreindre consciemment l'éspace de la communauté.
Nous sommes pris dans la contradiction suivante: le nationalisme est une illusion, une invention, une création, une ideologie, étant donné que le nationalisme dans certains pays , fondé comme d'autres sur le postulat d'une nation étérnelle éssentielle, il refuse les raisonnements et l'analyse du nationalisme comme construction datée, comme nécèssités sociales, les mythes suivent la réalité, le nationalisme romantique prétendait défendre une culture populaire, il a forgé une culture élitiste.

23:49 Écrit par dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.