28/06/2008

Le savant et l'artiste

Il est intérêssant de situer l'activité scientifique non seulement par rapport à la téchnique pais aussi par rapport à l'art, en entendant par ce terme ambigu la discipline de l'artiste, non plus celle de l'artisan.
l'artisan est à la fois, d'ailleurs, le pere savant est celui de l'artiste, la technique est l'origine de la science, encore au XVII siécle les deux fonctions étaient suivent mal distinguées, Colbert reclama huyghens en France non pour faire des cours de physique, mais pour aménager des cascades pittorésques à marly, au moyen age l'artiste et l'artisan sont confondus, les artistes peintres sont rangés avec les marchands de couleur dans la corporation des épiciers droguistes, ce n'est qu'à partir de la deusième moitié du XVII siécle que les beaux arts se distinguent des techniques vulgaires, les peintres et les sculpteurs du roi ne veulent  plus etre confondus avec des barbouilleurs, des marbriers et des polisseurs de marbres en une mecanique société.
les veaux-arts suivront alors en France le destin de la cour, les beaux arts cependant, un peu comme les sciences demeurent des techniques au sens étroit d'activité " opératoire"; le savant reconstruit le reel, l'artiste crée une oeuvre, toutefois les creations du pur savant et du pur artiste n(ont rien de directement utilitaire meme si elles sont éxplicitée par la suite à des fins pratiques) par là, science et art se rapprochent et se distinguent des activités communes.
On pourrait enfin invoquer le role de l'imagination creatrice sous laquelle il n(y aurait ni science , ni art, le savant comme l'artiste fait preuve d'intuition creative.
l'attitude du savant est analytique, la visée de l'artiste est synthétique.
l'engagement du savant ou de l'artiste ne doit pas nécéssairement etre un engagement à un parti ou à un dogme particulier tous deux voient trés clairement que le fait de se fier uniquement à une theorie de parti ou à une methode d'organisation sociale pour creer une bonne société équivalait à faire une hypothése injustifiée, il était nécéssaire d'abondonner les loyalismes de parti et d'ideologie pour retourner aux principes humaniste fondamentaux.
mais il ya plus; si l'on appelle à certaines personnes le besoin qu'il ya pour l'artiste de dire quelque chose de la condition humaine, de notre temps et d'y être simplement engagé, elles répondent que l'artiste engagé se sent une résponsabilité d'homme envers les autres hommes, lui enjoignant d'éssayer de faire quelque chose avec son pinceau pour aider le monde, ou une société donnée, ses adversaires soutiennent que les problémes actuels appartiennent au monde professionnel de la politique de puissance, des personnes qui ont les connaissances requises, l'interêt que trouve l'artiste à prendre parti au sujet de ces probléme a été décrit par un critique comme étant purement et simplement " un idealisme suranné et discridité, une absurdité romantique" nous avons naturellement affaire en l'occurrence à du defaitisme par excellence , une capitulation virtuelle des droits de l'intellectuel


16:16 Écrit par dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.