23/06/2008

Mystique et nationalisme

Je ne veux pas à mon tour devenir mystique en niant l'importance de ce quoi je ne crois pas, comme si ma non-croyance pouvait faire disparaitre par un coup de baguette magique les mouvements de foule ,les états conféssionnels et les enthousiasmes guérriers, pas plus que l'atheisme en religion n'oblige à sous-estimer l'importance de la religion en tant que phénoméne social, politique, culturel, l'atheisme national ne doit sous-éstimer l'importance du nationalisme, reduire le nationalisme à une ideologie historiquement construite ne doit pas conduire à sous-éstimer son importance politique, l'écoulement des valeurs traditionnelles, l'éloignement des centres de decision, renforcent son importance, ceux dont le nationalisme est la seule propriéte, feront d'autant plus une realité politique de ce qu'on appelait ' l'homme ethnique'.
Disons et répétons que la nation n'ést pas une éssence, mais une construction historique et idéologique, il n'éxiste pas de 'nation naturelle' pas plus que de frontières naturelles , la conception éthnique de la nation ou de groupe a non seulement l'inconvenient de fermer les frontiéres vers l'éxterieur, ce qui est le propre de toute nation, mais aussi de les fermer, vers l'interieur, de réstreindre consciemment l'éspace de la communauté.
Nous sommes pris dans la contradiction suivante: le nationalisme est une illusion, une invention, une création, une ideologie, étant donné que le nationalisme dans certains pays , fondé comme d'autres sur le postulat d'une nation étérnelle éssentielle, il refuse les raisonnements et l'analyse du nationalisme comme construction datée, comme nécèssités sociales, les mythes suivent la réalité, le nationalisme romantique prétendait défendre une culture populaire, il a forgé une culture élitiste.

23:49 Écrit par dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Monde et civilisation

La realité humaine comporte en elle-même une signification métaphysique, distinguer le haut et le bas , c'est du même coup distinguer entre les individus les mieux capables de se détacher du temporel pour contempler l'éternel, et ceux qui le sont moins, autrement dit, entre ceux qui tendent vers le sacré et ceux qui tendent vers le profane, préstige et sainteté sont des térmes interchangeables qui, comme le haut et le bas, sont atteints par degrés, l'échelle sociale visant au même sommet que la méditation religieuse: le non être comme dans plusieurs receuils culturels.
cette vision des choses a de nombreuses implications, en particulier celle-ci, que le roi, par le simple fait qu'il est le roi constitue l'objet sacré par éxcellence, c'est autour de lui que tourne tout le systéme car il se tient à la jonction du divin et de l'humain, avec pour ainsi dire un pied dans chaque camp, ce que le peuple éxprime en le considérant éffectivement comme l'incarnation d'un dieu.
Mais le point crucial est que dans l'ordre qui range les hommes en fonction de leur capacité à progresser spirituellement par une discipline d'auto-éxamen, de leur apptitude à atteindre le but suprême, le roi représente à la fois un sommet, si on le considére d'en bas, et la source si on le considére depuis le haut, ce qui est plus conforme à cette conception d'un centre éxemplaire, le problème n'est donc pas ici de reunir en un même homme la force et la sainteté : pouvoir et charisme, de magnifier le soleil afin qu'il répande un halo plus large et plus aveuglant.
L'Etat-theatre, qui compléte ce cercle, est simple la mise en oeuvre concréte de cette conception, la vie rituelle de la cour, cérèmonies massives, art hautement raffiné, étiquette recherchée, qui ne constitue pas un simple écrin pour l'autorité mais sa substance même, c'est pour le spectacle que l'Etat éxistait : son rôle principal était moins de gouverner.
La capitale était une scéne sur laquelle prêtres et nobles, avec le roi à leur tête, célébraiant en pérmanence une parade sacrée, dont les mortels ordinaires étaient à la fois les spéctateurs, les hommes de troupes et autres, obligations auxquelles ils étaient soumis, les commanditaires de l'hégémonie d'un Etat se mesurait au degré d'activité cérémonielle qu'il était capable de déployer, car plus disposait de techniques éfficaces pour mobiliser hommes et materiel, plus cette activité était developpée; et de même pour sa capacité à apparaitre comme un centre éxemplaire, susceptible de provoquer l'attitude dont on prétend qu'elle était celle de tout pays à l'égard de l'négalable, désarmée,soumise,courbée, pleine d'humilité.
Aussi longtemps que dura la civilisation agraire fondée sur l'agriculture dans laquelle des cours oisives se disputaient les surplus des paysans, cette élégante combinaison de quiétisme, de cérémonialisme et de hierarchie put subsister également, car elle éxprimait les conditions d'éxistence que chacun connaissait, selon des points de vue différents, avec des sentiments certainement differents, peut être même avec des degrés de convictions différents, en même temps qu'elle fournissait une intérprétation générale, une justification s'il l'on veut, des raisons d'être de ces conditions d'éxistence, ce qui se manifestait là sous forme symbolique, les hommes le vivaient dans leur éxpèrience éffective, et ce vécu précisement y apportait un contour plus ample et une signification plus profonde, il ya là un cercle qui est toujours à l'oeuvre dans la religion, considérée comme phénoméne humain, à la source de la vitalité d'une croyance quelle qu'elle soit, aussi implicite et peu codifiée que soit la religion se trouve invariablement le fait qu'elle représente la structure ultime de l'éxistence de maniére telle que les évenements de la vie quotidienne paraissent la confirmer continuellement, c'est quand se rompt ce cercle magique et que les concepts religieux perdent leur apprence de pur réalisme, quand le monde de l'éxpérience et celui de l'imagination ne se présentent plus comme de simples élucidations l'un de l'autre, que surgit la perpléxité.

23:48 Écrit par dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/06/2008

Choix de religion

Accuser un auteur d'amoralisme ou d'immoralisme était de nature à nuire à une époque où le romantisme avait pour mission premiére, l'édification morale, il serait aisé de proposer une contre-argumentation mais ce qui importe ici, c'est cette réputation de mauvaise foi, c'est probablement l'univérsité qui exprime le mieux la position de la critique à l'égard des romanciers losqu'elle quelle que soit sa tendance et  ses attitudes vue la diversité de l'approche pluridisciplinaire de la critique scientifique qui est largement, afféctées de moralisme, reflete sur ce point les comportements de la nation toute entiére, continue, dans sa grande majorité, à faire de la morale un critére fondamental d'évaluation des artistes qui eurent certaine maille à partir et avec cette critique soumise aux autorités religieuses, pour ne citer que les cas les plus illustrés, essuyerent les foudres de leurs contemporains, mais l'attaque c'est toujours faite plus vive dans le cas de certains écrivains et aujourd'hui encore de certains romanciers qui sont une honte aux yeux de la nation.
ces romanciers, selon des critéres qui n'ont guére évolué au cours des siecles qui sont bien les pêcheurs de la littérature qui,  elle ne rencontre aucune considération auprés de ceux qui, comme les juristes réstent objectifs.
le religion avec sa valeur spécifiquement nationale est le second élément qui aujourd'hui comme hier peut difficilement être accéptée comme auteur national.
l'accusation d'atheisme proférée, aussi publiquement qu'en maintes occasions, met en valeur la position originale, les écrivains nourrissaient une grande méfiance à l'égard des religions institutionnalistes, ils les ont toujours considérées comme une source d'ignorance et supérstition, on dénonça avec instance leur rôle historique néfaste et les préssions inaccéptables trop souvent éxérçées en leur noms jamais dans son analyse, elle s'étabit de difference entre religions, c'est plutôt la distinction de statut existant entre religion minoritaire qui le préoccuppe on s'attaque de maniére soutenue à la bigoterie qui est suscéptible de poluer leur religion comme, l'éxplique certaines oeuvres, et tout repose sur des bases sur lesquelles, doit reposer le choix d'une religion.

22:12 Écrit par dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le communiqué politique

L'irréalité du monde exterieur étant quasiment érigée en dogme, seuls comptents les ressources du moi, c'est l'organisation, sphére divisée en trois zones, selon un schéma emprunté éssentiellement à la psychologie analytique, la contestation de la realité, qu'il n'est pas interdit de considerer comme un trait dominant du romantisme, se fait ici non pas au nom du rêve, comme l'éxigerait le respect de l'histoire, mais au nom de la recherche de la beatitude, que la philosophie fondée à la fois sur plusieurs tendances, soit en fait une altération profonde des sources, la forme pure de la pensée classique, nul ne peut en douter, ce qu'il importe de retenir ici, c'est moins le substrat conceptuel et ses modifications que le mouvement par lequel un personnage se détache du monde exterieur, pour se plonger en lui-même et devenir une note dans les ténébres de la libérté absolue, il ya gonflement de la psyché et hypertrophie du moi, qui certes ne se trouve pas comme celui de certains philosophes à l'étroit dans l'univers, mais qui se met en scene, sur la place publique avec un tel aplomb que l'auteur se sent obligé de publier " un communiqué".
l'histoire a produit une catégorie spécifique de nationalisme romantiques qui a contribuer à la creation d'une culture homogéne necessaire à la revendication politique, le nationalisme romantique n'est pas la nation endormie qui s'éveille, il est le mode de naissance d'une nouvelle nation.

18:00 Écrit par dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/06/2008

Le nationalisme et l'Etat-nation

La langue est tout à la fois revendication symbolique et marquage des nouvelles élites, puisqu'elle excluait par definition les anciennes élites, mais elles permettaient aussi d'éxclure les catégories populaires, ouvriéres du pouvoir futur, d'où l'importance d'hommes d'Etat et leaders politiques qui ont réinscrit les ouvriers dans l'Etat-nation, comme citoyens, même si ce fût au prix d'une nationalisation des partis et syndicats ouvriers.
Si l'on peut resumer ce sujet aussi vaste en autant d'oeuvres, on dira qu'il faut à la fois comprendre l'importance du nationalisme romantique et disséquer la maniére dont, il a été utilisé pour creer une société à definition socialement et culturellement fondée sur la race, langue, religion, les célébrations non-critiques de la ferveur culturelle contribuent à maintenir la société fermée.
les dérniers travaux temoignent de cette recherche d'un bilan nuancé.
Nous sommes pris dans la contradiction suivante, le nationalisme est une illusion, une invention, une creation, une ideologie, étant donné que le nationalisme est fondé, comme d'autres sur le postulats d'une notion étérnelle, éssentielle, il refuse les raisonnements et l'analyse de nationalisme comme constructions datées comme necéssités sociales, les mythes inversent la réalité, le nationalisme romantique prétendait défendre une culture populaire, il a forgé une culture autre, il prétendait partager une société paysanne, il a construit une société urbaine , nous apprendre beaucoup sur les processus d'auto-identification sur laquelle les membres d'une communauté souhaiterait appartenir.

19:27 Écrit par dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/06/2008

Histoire et nationalisme

Les historiens et les linguistes rigoureux ont toujours attaqué avec hargne ou delices les délires de certaines populations, certains historiens montrent avec jubilation que certains écrivains n'étaient pas au fait de certains pays, et avaient brilament démontré que ces écrivains n'avaient qu'une connaissance faintaisiste du monde, il vaut mieux partager les illusions que de les détruire pour être populaire, les critiques de l'enthousiasme sont des empêcheurs de tourner en rond, des déstructeurs d'utopie, il vaut mieux présente le pays authentique celui qui plait au grand public.
Donc nous arrivons avec nos articles référencés à l'assaut des mythes, ils montrent ce qui est de l'ordre du mythe et ce qui est de l'ordre du pouvoir, de domination, de force, de classe, de genre, de groupes sociaux.
Nous étudions l'ideologie romantiquement nationale en tant qu'elle s'inscrit dans l'histoire de ces rapports et devient element de domination ou de lutte contre la domination.
Jauger le nationalisme par rapport à la sociologie des militants des organisations nationalistes, serait une réduction de puissance, ce qu'a dieu ne plaise.
Les nationalistes, nous ont dit à voix haute et intelligible que le nationalisme culturel leur permettait de repondre au classent social par un reclassement culturel, il formait les nouvelles élites aspirant au pouvoir.

13:50 Écrit par dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Oeuvres et randonnées....!

De certaines oeuvres on dégage une idée telle que parmi les éxpériences du roman d'aujourd'hui, parfois déséchées et désséchantes, on dira voici une oeuvre nouvelle et qui porte plus que des promésses, une écriture et une vision du monde qui nous touchent et nous émeuvent non seulement parce qu'elles impliquent une meditation d'homme mais un tempérament de conteur dont il faut attendre beaucoup.
Quand un récit est d'une beauté envoûtante où la langue transmute la réalité pour imposer sa propre realité aux yeux du lecteur, les mots nous sédimentent progréssivement et notre paysage mental s'en trouve modifié, car on peut déceler dans l'oeuvre la farouche volonté de reconquéte de cette part de vie libre et joyeuse qui fait de la nôtre des temps immémoriaux, comme le disent les mythes et les contes dont le théme central se développe sur un fond sinistre et rencontre au long de son iténiraire le mythe, ainsi pour certains auteurs conscients, depuis leur premiérs téxtes, ils travaillent la longue mémoire du temps, ils savent que l'histoire n'est qu'apparence, nuls mieux qu'eux ne s'éxalte à éxplorer l'ombre portée des faits, tout en sachant réstaurer leur vertu, c'est que quand la syntaxe devient un sentier de grande randonnée, que le lecteur ne peut que se laisser faire, se laisser aller et accépter les émotions.

13:46 Écrit par dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |